Art traditionnel, Art numérique, Art & Intelligence Artificielle

Aujourd’hui la transformation de l’art par la technologie ne cesse de s’accélérer et je vois, dans le digital, de nouvelles opportunités d’expérimentation artistique ainsi qu’une occasion de démocratiser l’art en rendant plus facile l’accès aux œuvres. L’artiste n’est plus l’unique créateur d’une œuvre, mais souvent le médiateur ou l’animateur des interactions entre le public et celle-ci. Actuellement, la pointe du numérique, c’est l’intelligence artificielle et les œuvres IA sont souvent le fruit de collaborations complexes entre un artiste et une équipe de développeurs, de scientifiques et de designers graphiques.

  • Promotion de jeunes artistes
  • Nous sommes tous artistes : utilisation des nouvelles plateformes de création
  • Projets d’art digital dans la musique, les paroles, la dance, la photographie et l’art multimedia

2019 – « Mosaï’ciel » (Biot, France)

Parcours culturel dans le village de Biot présenté par une guide virtuelle unique, « Heidi ». Heidi Hoegger Melano, décédée en 2014, vient nous faire revivre virtuellement ses œuvres, sa vie et ses souvenirs avec Lino Melano, grâce aux nouvelles technologies IA.
(assistant vocal)

La guide virtuelle « Heidi » raconte au visiteur l’histoire de la création de chacune des œuvres du parcours avec des anecdotes, des souvenirs et des explications sur la mosaïque.

Un très beau plan du parcours (format A4) est disponible à l’Office du tourisme de Biot comme un témoignage vivace, une trace du chemin arpenté dans les rues de Biot.

A l’origine de nombreuses innovations en mosaïque, Lino Melano (de Ravenne) et son épouse Heidi Hoegger Melano (d’origine suisse) ont inventé, le gigantisme. Ils ont sans aucun doute changé le regard de leurs pairs sur cet Art en créant de véritables collaborations d’artistes à artistes avec les plus grands comme Chagall ou Braque…

Les façades du musée Fernand Léger à Biot, le plus grand musée de la mosaïque au monde, ont été réalisées par les Melano qui ont d’ailleurs utilisé la technique du gigantisme

2019 – Conférence « Le cerveau et la création » (Sophia-Antipolis, France)

Conférence sur l’instant créatif par Pierre Lemarquis (neurologue et conférencier) et Derrick de Kerchove (auteur et spécialiste en intelligence cognitive) : quelle est l’essence de la créativité ? Comment peut-on la transmettre ? L’IA peut-elle en faire autant ?

Écouter une musique de Mozart, admirer une fresque de Michel-Ange, ou lire Shakespeare peuvent transformer notre cerveau. C’est la magie de l’empathie esthétique par laquelle, l’esprit du créateur s’incarne et nous métamorphose. Cette conférence vous plongera dans un débat actuel passionnant sur l’instant créatif, vu sous un angle scientifique. Les conférenciers ont également abordé un autre aspect très intéressant de la transmission de la créativité : comment la partie gauche du cerveau est sollicitée pour rentrer dans les pensées créatives des grands artistes et comprendre leur état d’esprit au moment même de la création.

L’artiste exécutant l’œuvre d’un autre engage certainement aussi sa propre créativité, ne serait-ce que par le choix des matériaux des couleurs et lorsqu’il s’agit d’une mosaïque, par sa propre technique de réalisation.

Qu’est-ce que l’essence de la création ? Qu’est-ce qui fait qu’une œuvre est d’un auteur, et non pas de tout le collectif des gens qui ont travaillé sur cette œuvre ? C’est un vaste débat. Examinant la célèbre théorie de « l’aura d’une œuvre originale »,

Derrick de Kerckhove s’est également questionné sur la place d’une œuvre numérique. Elle ne peut exister autrement que dans son apparition éphémère sur un écran, ou dans la multiplication de ses reproductions, toujours recrées à partir de sa banque de données et de son programme.

Un robot est-il un artiste comme les autres ? Ils sont capables de dessiner, peindre, recopier, mais aussi inventer. Et créer une œuvre d’art ? Les robots remplaceront-ils les artistes ?

2015 – Conférence « L’instant créatif » (Fondation Maeght, Saint-Paul de Vence, France)

Comment réagi notre cerveau lorsque nous observons une œuvre d’art ? Qu’en est-il du cerveau des artistes en plein processus créatif ? Pierre Lemarquis (neurologue et conférencier international) explique ce qu’un artiste peut ressentir lorsqu’il est choisi par un autre artiste pour exécuter une de ses œuvres.

Jorg Immendorff et Heidi Melano ensemble. Quels liens unissent le peintre allemand atteint de sclérose multiple et la grande mosaïste du XXème siècle ? Deux parcours créatifs différents, deux traductions magistrales de l’émotion créatrice.

Jorg Immendorff, atteint de la maladie de Charcot, ne pouvait plus peindre lui-même et a expérimenté, grâce à l’aide d’assistants, une peinture construite par la projection mentale.

Heidi Melano a transformé les esquisses et les maquettes d’autres artistes en immense mosaïque.

Nous pourrions alors nous demander comment ils parvenaient à transmettre leurs émotions et l’essence même de leur créativité. L’artiste exécutant l’œuvre d’un autre engage certainement aussi sa propre créativité, ne serait-ce que par le choix des matériaux des couleurs et lorsqu’il s’agit d’une mosaïque, par sa propre technique de réalisation.

L’imagination, à la source du talent, recycle ce qui est mis en mémoire, parfois sans s’en rendre compte. Toute création sera donc une re-création, à l’image de l’artiste, façonnée par ses expériences. La mémoire et l’imagination sont donc au cœur du processus créatif.
Les magnifiques mosaïques de Chagall, Léger, Braque, Folon exécutées par Heidi Melano et les dernières œuvres de Jorg Immendorff sont l’aboutissement de tous ceux qui ont participé au processus créatif de ces œuvres extraordinaires.

2014 – Conférence « Art, Emotions et Neurosciences » (MAMAC, Nice, France)

Organisée au Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain (MAMAC), cette conférence est voulue comme l’expression d’un extraordinaire voyage, un dialogue entre le monde de l’art, de la psychologie et des neurosciences, avec la participation spéciale de Pierre Lazar (professeur et philosophe).

Dans la continuité des discussions sur le thème de l’art et de la philosophie, voici une causerie autour des thèmes de l’art, des émotions et des neurosciences.

A partir des idées développées par Eric Kandel (prix Nobel de Médecine) pour ses découvertes sur le fonctionnement de la mémoire, dans son livre « The Age of Insight », cette conférence propose un voyage particulier à la croisée du monde de l’art, de celui de la psychologie et de celui des neurosciences en partant de Vienne au début du XXème siècle, avec Klimt, Kokoschka, Egon Schiele et les savants qui ont fait les premières découvertes dans les domaines de la psychologie cognitive, de la psychanalyse et des neurosciences…

2012 – Spectacle « Inspiring Mind » (Shanghai, Chine)

Participation à l’élaboration d’un spectacle unique : la création d’un tableau « virtuel et en lumières » par Chang Jiahuang. L’artiste a été filmé et photographié en amont lors de la réalisation de la toile. Une reproduction virtuelle des gestes a été reproduite et projetée sur scène grâce à un jeu de lumières, donnant ainsi vie à la création accompagnée de danses et de musique.

A l’occasion du vingtième anniversaire de sa présence en Chine, l’université de Berkeley a commandé une œuvre à l’artiste chinois Chang Jiahuang. Tandis qu’il réalisait le tableau, Chang Jiahuang a fait des photographies numériques par centaines pour visualiser l’avancement de son travail.

Une équipe d’informaticiens a ainsi transformé ces photos en un pinceau lumineux qui depuis le plafond est capable de reproduire sur scène les gestes de l’artiste en pleine création.

Les spectateurs situés en contrebas de la scène pouvaient admirer un tableau virtuel exécuté en direct grâce aux jeux de lumière descendant du plafond en harmonie avec les gestes des danseurs professionnels.

A l’issue de ce spectacle unique, le tableau original a été offert au Président de la prestigieuse université.